Après les traités de Westphalie, puis par l’annexion de régions polonaises telle la Galicie, ou roumaines telle la Transylvanie, etc. l’Empire austro-hongrois comptera le plus grand nombre d’Ashkénazes au XIX° siècle, avant l’Empire tsariste, à son tour.

Le goulasch est une recette de SUKES (soukoth), pourquoi ? Peut-être qu’il fait froid dans la soukah et nous sommes entrés dans la saison des soupes, à la viande les jours de fête… Nous avions déjà vu une recette d’automne : le bortsch rouge à la russe (n° 34). Celle-ci est la version hongroise.

INGRÉDIENTS : pour 6 personnes
– 1 kg de bœuf à braiser (paleron, gite gite ou basses côtes)
– 100 g de poitrine de veau ou de bœuf fumée, en “lardons”
– 2 gros oignons
– 2 c à s de ShMALTs
– 1 c à s d’huile
– 2 c à s de farine
– 3 c à s de paprika
– 75 cl de bouillon de bœuf
– 2 tomates pelées
– 1 poivron
– 4 gousses d’ail
– 1 c à s de concentré de tomate
– sel et poivre
Option : 1 ou 2 petit(s) piment(s).

Coupe la viande (basses côtes, en l’occurrence) en gros morceaux (3 par personne). Dans une cocotte, fais revenir les “lardons” avec les oignons émincés, dans le ShMALTs et l’huile, puis la viande sur toutes ses faces pour les faire “suer” ensemble. Ajoute la farine, remue en versant le bouillon, puis le paprika, l’ail écrasé, le poivron en julienne, les tomates pelées coupées en dés, sel et poivre à ton goût et cuis 2 à 3 h à frémissement.

Sers bien chaud, dans des assiettes creuses (il doit rester du jus pour une louche par personne : le goulasch est une soupe) avec des pommes vapeur ou des LOKShN (pâtes).

 

 

Pour revenir vers le site : http://www.yiddishpourtous.com/#!blank/w14qs