Née à Chalkis, une petite ville dans l’île d’Eubée près d’Athènes, en Grèce, Sara Fortis n’avait jamais connu son père, décédé quand elle avait seulement deux mois. Elevée par sa mère, Sara et sa soeur eurent une enfance heureuse. Elles se considéraient comme grecques à 100%, mais honoraient aussi leur judéité en allumant les bougies chaque vendredi soir et en assistant aux offices à la synagogue lors des fêtes. Lorsque les Allemands arrivèrent en 1941, Sara comprit qu’il était temps de quitter sa ville natale. Elle avait entendu parler de Juifs d’autres petites villes grecques déportés par les Nazis et ne revenant jamais. Sara et sa mère s’enfuirent dans le petit village de Kuturla et s’y cachèrent pendant un moment. Quand les Juifs n ‘y furent plus en sécurité, on demanda à Sara de partir. Les villageois acceptèrent cependant de cacher sa mère. Une fois séparée de sa mère, Sara

Ce contenu est réservé aux membres| adhérents (dont la cotisation est à jours) de l'Association des Amis de Yiddish Pour Tous. Si vous êtes déjà membre | adhérent, merci de vous identifier. Pour devenir membre |adhérent merci de vous rendre sur notre site Yiddishpourtous.com (Section ADHESION) et suivre les instructions.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   
Nouvel Utilisateur?
*Champ requis