Je viens tout juste de débarquer de l’avion avec un peu de retard mais pas trop. Je suis passé entre deux grèves et un orage avec grêle.
J’ai ramené de mon voyage des légumes qu’on ne trouve plus en France ni même Rue des Rosiers.

Un ami Pierre Housieaux qui me connait bien m’a offert 3 choses inestimables : 

– Une racine de raifort : je vais la râper et peut être que je la métrai dans une salade ou bien en accompagnement d’une viande. La racine de raifort figure traditionnellement sur le plateau du Seder pour la Pâque.
– Du persil racine (petrźel en Tchèque, Pietruszka en Polonais)
C’est un accompagnement magnifique dans un pot au feu mais on peut aussi le cuire avec des pommes de terre et faire une purée. Mais je crois que je vais le manger tout cru pour en profiter au maximum
– Un pot de POVIDLA en Yiddish on disait POVIDL. Ce sont des prunes qu’on fait cuire au moins trois heures sans sucre ni eau et un peu de cannelle et quelques clous de girofle à feu très très doux. On peut faire la même chose avec d’autres fruits : des pommes par exemple.
C’est un dessert traditionnel pour Rosh Hashana et pour garnir les Oreilles d’Hamann.
Je sais que Haïm Nachman Bialik en a fait un poème mais je n’ai pas retrouvé la référence.
Et aussi j’ai mangé une chose pas mauvaise : un bouillon de bœuf avec des kneidelechs de foies de volaille et on m’a parlé de carpe frite.
Mais vous aussi si vous allez dans les pays du YiddishLand vous aurez des choses à ramener.
Nous n’étions pas à Prague mais dans un petit Shtetl,à Kovařov, je n’ai pas retrouvé de trace de la synagogue mais comme dans tous les villages de Tchéquie le cimetière Juif est toujours là mais loin à l’écart de la ville ou même comme à Kovařov carrément caché dans les bois. Mais bien indiqué.

En Tchéquie tout les matin petit dèj consistant avec pain, beurre, fromage, et des œufs mais surtout j’ai retrouvé le Yayèschnitsè (michana vayitshka en Tchèque ou Jajecznica en Polonais) de mon enfance. C’est les œufs brouillés comme on les fait en Pologne. On casse les œufs dans la poêle , on attend qqs secondes et on brouille avec une fourchette. C’est tout a fait différent des œufs brouillés à la Française : dans une casserole on casse des œufs, on ajoute une bonne cuiller de crème fraiche et on cuit doucement en touillant avec un petit fouet . On arrête la cuisson dés que ça commence à prendre.

C’est pas mal non plus!