Ephéméride | Albert Ballin [ 15 Août ]

15 août 1857

Naissance à Hambourg d’Albert Ballin, l’armateur du Kaiser.

En 1847, dans la ville de Hambourg, fut créée une nouvelle compagnie maritime nommée HAPAG. Un des noms sous lesquels la compagnie était nommée était la « ligne Hambourg-Amérique ». Ce nom explique l’objectif de la société, qui opérait entre l’Allemagne et les ports américains, et visait une cible de population bien définie, à savoir les nombreux émigrants en provenance d’Europe vers l’Amérique. Au milieu du XIXe siècle, l’émigration vers les États-Unis et d’autres pays américains était la solution pour de nombreuses personnes qui ne parvenaient pas à trouver leur place en Europe, à la fois pour des raisons financières et politiques.

Au départ, la société HAPAG exploitait des voiliers, mais au fil des ans, elle acheta également des navires de transport modernes par rapport à l’époque: les bateaux à vapeur. La société connut un certain succès, mais dut faire face à une rude concurrence de la part d’autres compagnies maritimes d’Allemagne, d’Angleterre, de Belgique et des Pays-Bas, toutes spécialisées sur le marché de l’émigration. Ce n’est qu’à un stade ultérieur que l’entreprise commença à traiter de manière significative le transport de marchandises.

En 1886, un jeune homme du nom d’Albert Ballin, d’origine juive, rejoignit la société. Ballin avait hérité de son père une agence d’émigration qui opérait à Hambourg. L’agence aidait les émigrants européens à obtenir des billets pour se rendre depuis les différents ports européens vers l’Amérique. L’arrivée de Ballin dans la société eut des conséquences très importantes pour la HAPAG. Dès le début de son mandat, Ballin fut responsable du transport des passagers. Il remplit ses fonctions avec un tel succès que, deux ans plus tard, il fut nommé au conseil d’administration et, à partir de 1899, il occupa le poste de PDG de la société.

Sous son influence, la société commanda de grands navires à grande vitesse qui offraient aux émigrants de nombreux espaces à des prix abordables, sur un grand nombre de ponts. La réaction des émigrés fut si amassive, qu’en 1900, sur l’une des îles de l’Elbe (le fleuve qui traverse Hambourg), une « ville d’émigrants » fut établie, où les voyageurs pouvaient attendre dans de bonnes conditions et dans un environnement propre leur passage pour l’Amérique.
Ce succès, auquel s’ajoutait le succès croissant dans le domaine du transport maritime de marchandises, entraîna une croissance continue de la société.


À la veille de la Première Guerre mondiale, elle était la plus grande compagnie maritime du monde avec 175 navires et plus de 20 000 employés. La concurrence avec d’autres sociétés conduisit à des commandes de navires plus récents et plus grands et, à plusieurs reprises, l’entreprise fut le plus grand opérateur maritime au monde (jusqu’à ce que d’autres entreprises achètent des navires plus gros).
En 1914, la HAPAG acheta trois navires à vapeur géants, d’une capacité de 4 000 passagers chacun. Deux d’entre eux entrèrent en service régulier entre Hambourg et New York, mais la construction du troisième fut interrompue et, en raison du déclenchement de la guerre, il ne battit jamais le pavillon de la compagnie.
Le slogan de la société était « Le monde est notre domaine » (Unser Feld ist die Welt). Entre 1850 et 1935, quelque cinq millions de personnes émigrèrent depuis Hambourg et parmi elles, estiment-on, un million de Juifs d’Europe orientale. Un grand nombre d’entre eux firent le voyage avec la HAPAG.

Albert Ballin resta PDG de la société pendant 19 ans. La croissance de la compagnie au cours de ces années était due à ses efforts, mais aussi au soutien de l’élite politique allemande. Le dernier Kaiser, Guillaume II, était passionné par le domaine de la navigation, en particulier les grands navires, passion qui se traduisit aussi par la construction de nombreux navires de guerre pendant cette période.

En dépit de ses origines juives, Ballin, qui ne s’était jamais converti au christianisme, était très admiré par le Kaiser Wilhelm II et devint l’un de ses conseillers juifs non officiels (avec Emil et Walter Rathenau, James Simon et d’autres). Albert Ballin se définissait comme un citoyen allemand fidèle à tous égards et laissa une forte empreinte dans la politique allemande. En témoignent la lettre écrite ici en 1916 par Ballin à une connaissance à Vienne, le Dr. Georg Halpern, l’un des dirigeants sionistes de l’époque. Dans cette lettre, Ballin prend position sur les développements politiques en Pologne et sur la Première Guerre mondiale.

Le fait que Ballin ait correspondu avec un dirigeant sioniste est surprenant à bien des égards, notamment à la lumière de la fin du PDG de HAPAG qui se suicida le 9 novembre 1918, le jour de l’abdication de Kaiser Wilhelm II.
L’effondrement du Reich et la défaite de l’Allemagne dans la guerre avaient brisé Albert Ballin et provoqué une crise de confiance dans son système de valeurs.
Son suicide lui épargna d’être témoin du démantèlement de la flotte de l’entreprise, quand l’Allemagne fut contrainte de payer des réparations aux Alliés.

Pourtant, l’entreprise continua d’exister et se redressa à l’époque de la République de Weimar.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la quasi-totalité de ses navires furent à nouveau confisqués, mais la société HAPAG rebondit et continue de fonctionner à ce jour.