HANNAH SZENES (1921-1944)

Hannah Szenes est née à Budapest, en Hongrie, dans une famille juive assimilée, fille d’un auteur dramatique accompli et journaliste. Exécutée dans son pays natal à l’âge de 23 ans, elle est devenue un symbole de l’idéalisme et du sacrifice de soi. Sa poésie, rendue célèbre en partie à cause de sa mort malheureuse, révèle une femme emplie d’espoir, même face aux circonstances contraires. Elle est devenue un symbole de courage dans l’un des moments les plus sombres de l’histoire moderne. Hannah fut l’une des 17 Juifs, vivant dans ce qui était alors le mandat britannique de Palestine, formés par l’armée britannique pour être parachutés en Yougoslavie pendant la Seconde Guerre mondiale. Leur mission était d’aider à sauver les Juifs de Hongrie occupée par les nazis, sur le point d’être déportés vers Auschwitz. Arrêtée à la frontière hongroise, elle fut emprisonnée et torturée, mais refusa de révéler les détails de (suite…)

GISI FLEISCHMANN (1892-1944)

Sioniste et militante, dirigeante de la communauté juive de Slovaquie pendant la Shoah, Gisi Fleischmann est née à Pressburg (plus tard Bratislava, capitale de la Slovaquie). Elle est l’aînée de trois enfants de Julius Fischer et Jetty Elinger. Ses parents, tous deux natifs de Pressburg, dirigent un hôtel et un restaurant cacher dans la ville. Tandis que ses frères font des études de droit et de médecine, Gisi conformément à l’esprit du temps, arrête ses études après seulement huit années de scolarité. Mais cela ne l’empêche d’étudier par elle-même la littérature allemande, l’histoire de l’art et l’histoire. NI d’exercer ses talents naturels de leader, le moment venu. Ses années d’enfance sont aussi les dernières années de domination hongroise sur les Slovaques, après environ mille ans. La magyarisation au dix-neuvième siècle, au cours duquel les Hongrois tentent de transformer la Hongrie en un pays d’une seule nationalité, ont également fait des (suite…)

ROZKA KORCZAK-MARLA (1921–1988)

« Nous n’avions pas le privilège de choisir entre la conversion au christianisme et se sacrifier pour sanctifier le nom de Dieu; en cela, nous avons différé de nos ancêtres. … Nous avons eu le choix de la manière de vivre jusqu’à la fin comme Juifs libres et de mourir en tant que personnes libérées. » Ainsi, en 1982, Rozka Korczak-Marla se réfère-t-elle au choix fait par les membres des mouvements Halutz dans le Ghetto de Vilna. Rozka nait en avril 1921 à Bieslko, un petit village riverain de la Vistule, qui ne compte que quarante familles juives. Son père Gedaliah est marchand de bétail, un Juif respectueux de la tradition et aspirant sioniste. Deux sœurs plus jeunes, Teibel et Rachel périront avec leur mère Hinda en 1942. Comme il n’y a pas d’école juive dans son village, Rozka étudie dans une école polonaise. En quatrième, elle organise une grève des élèves (suite…)

ZIVIA LUBETKIN (1914-1976)

« Elle avait des yeux flamboyants et un regard pénétrant », rappellaient ceux qui ont connu Zivia Lubetkin, ajoutant qu’elle « était simple et directe, exigeant le maximum d’autrui et d’elle-même. Pour elle, la pensée et l’action ne faisaient qu’un. » Zivia Lubetkin est née le 9 novembre 1914 dans une famille juive traditionnelle aisée dans la ville de Beten dans l’est de la Pologne où, en 1880, son père, Ya’akov-Yizhak, qui dirigeait une petite entreprise, était né également. Sa mère, Hayyah (née Zilberman), était née en 1882 à Useten. Pendant le Khurbn, les parents de Zivia se cachent, mais sont découverts en 1942 et abattus sur place. Zivia Lubetkin étudie dans une école publique polonaise et reçoit une formation en hébreu auprès de tuteurs privés. Depuis son enfance, elle est membre du mouvement sioniste-socialiste Freiheit (Liberté), qui l’envoie au kibboutz de Kielce. Là, avec d’autres jeunes, elle étudie et travaille (à la boulangerie, (suite…)

FRUMKA PLOTNICZKA (1914-1943)

Frumka Plotniczka est née à Plotnica (Plotnitsa, près de Pinsk) dans une famille profondément enracinée dans la communauté hasidique de Karliner. À l’âge de six ans, sa famille déménage à Pinsk. Les difficultés financières empêchent Frumka et sa jeune soeur, Hantze Plotniczka, d’aller à l’école. C’est donc leur soeur aînée, Zlatka, qui fréquente un lycée polonais qui pourvoit à leur instruction. Zlatka émigre en Argentine, un frère, Eliyahu, émigre en Palestine en 1932 et son frère cadet Hershel, membre de la Résistance juive, mourra dans les forêts de Volhynie. Frumka, devenue membre actif dans le groupe local de « Freiheit » (Dror) à l’âge de dix-sept ans, représente le mouvement au comité de direction de He-Haluz à Pinsk. En 1935, Frumka participe au programme « hakhsharah » (formation) au Kibbutz Tel Hai à Bialystok. À partir de ce moment, l’histoire de sa vie est essentiellement l’histoire du mouvement. Commençant au kibboutz à Bialystok comme (suite…)